Moisissures scolaires


Dans le dossier de la maintenance des écoles, plusieurs commissions scolaires font piète figure (voir, L.M. Gervais, Moisissures : l’école Saint-Gérard devra fermer ses portes, le Devoir, 10 janvier 2011). Or, derrière l’apparition de moisissures toxiques à l’école Saint-Gérard on dénote des bavures datant de 2010, plus précisément un dégât d’eau qui n’a tout simplement pas été réparé ainsi qu’un manque de considération des doléances du Conseil d’établissement de la part des autorités à la Commission scolaire de Montréal et à la Direction de la santé publique. Comment expliquer cette situation, manque d’argent, absence de plan d’urgence, procédures inefficaces?

Peu importe la réponse, le statu quo n’est plus acceptable, d’abord parce que la santé des enfants et du personnel  est en jeu ce qui est non négociable. Ensuite parce qu’au bout du compte, ne pas réparer les dégâts immédiatement coûte beaucoup plus aux contribuables.

Or, il existe à mon avis une solution à ce problème. Le Conseil d’établissement pourrait très bien être chargé de tester de manière régulière la qualité de l’air dans l’école. De surcroît, le Conseil pourrait prendre en charge les dossiers de maintenance urgents et s’assurer que les travaux soient faits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s