Amiante dans le secteur scolaire: des morts


Le jounaliste Charles Côté s’intéresse au dossier de l’amiante sur cyberpresse (29 février 2012: L’amiante et le cancer; Amiante, un lourd héritage pour les bâtiments publics; Amiante, on est tous à risque. 1er mars 2012: Presque toutes les écoles de la CSDM contiennent de l’amiante).

Selon Côté,  le secteur de l’éducation est fortement touché par ce problème. Alors que l’on croyait avoir bien établi les sources des risques de l’exposition à l’amiante, un concierge de la commission scolaire Marie-Victorin de Longueil vient de recevoir un diagnostic d’amiantose. D’autres décès liés au monde de l’éducation ont été répertoriés par la CSST, une secrétaire du cégep de St-Félicien et une femme travaillant à la cafétéria d’une polyvalente en Outaouais. Selon la CSST, le taux de cancer de la pièvre, le mésothéliome dont on ne connaît pas d’autre source que l’exposition à l’amiante est en hausse. Les problèmes seraient reliés à l’usure des bâtiments construits avant 1985.  Les travaux de rénovations et l’usure remettraient  l’amiante  en circulation dans l’environnement de travail. Par ailleurs, on sait, depuis peu, que les travaux d’entretien à l’aide d’une machine sur les revêtements en vinyle, les carreaux fabriqués avant 1983, seraient une source de contamination.

Côté rapporte également qu’en 2011, le CIRC (le centre international de recherche sur le cancer affilié à l’Organisation mondiale de la santé) après avoir parcouru l’ensemble de la littérature scientifique constate que les deux grandes familles de l’amiante étaient cancérigènes. L’amiante a été reliée aux cancers du poumon, du larynx et des ovaires  et au mésothéliome. Toutefois, toujours selon cette étude  le chrysotile trouvé au Québec aurait moins de chance de causer le mésothéliome. Pourtant, c’est justement cette  forme de cancer qui  est en hausse au Québec. Selon la CSST, l’amiante vient en première position du palmarès des causes de mort dans les accidents de travail au Québec, ce  malgré que seulement 21% des cas de mésothéliome sont déclarés à la CSST.

Côté rapporte également que dans d’ autres pays 60% des cas de mésothéliome sont répertoriés. Aux É-U, l’enseignement au primaire représente un métier plus à risque pour  le mésothéliome En Angleterre, le nombre d’enseignants morts suite à un mésothéliome à décuplé en 16 ans. En France suite à la mort de cinq professeurs, on dénote des initiatives tels qu’un regroupement de défense des victimes et une campagne de décontamination.

Au Québec, plusieurs travaux ont visé la désamiantation des bâtiments scolaires. D’ailleurs, la CSDM a entrepris des travaux afin de localiser l’amiante dans ses bâtiments. On en retrouve parfois dans les murs, les planchers, les plafonds, dans les locaux techniques et les chaufferies. L’inspection des bâtiments se fait au deux ans et un processus a été mis en place  lorsque des détériorations surviennent entre les périodes d’inspection. La grande majorité des écoles de la CSDM contient de l’amiante, toutefois les responsables pensent que la situation n’est pas dommageable pour les élèves et le personnel.

Disons que ce dossier est assez inquiètant puisque près de 79% des cas de mésothéliome ne sont pas répertoriés. Pour cette raison, il me semble prématuré d’affirmer que les bâtiments scolaires soient sécuritaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s