L’abolition des commissions scolaires, l’abolition des conseils d’établissements, l’abolition du comité des parents


Une entrevue de Normand Baillargeon auprès de Jean-Pierre Proulx parue dans la revue À Babord concernant l’abolition des commissions scolaires, permet de mieux comprendre les enjeux de cette proposition de la CAQ.

J-P. Proulx maintenant à la retraite est  un expert de la démocratie scolaire.  Il explique la double fonction des commissions scolaires soit d’offrir des services et de gouverner. C’est au niveau de la gouvernance que la proposition de la CAQ semble faire défaut.  J-P. Proulx prône, plutôt que l’élection de commissaires, l’établissement d’un collège électoral composé de personnes ayant accès à l’éducation primaire, secondaire et aux adultes. Parents, professionnels de l’enseignement, membres des conseils d’établissements, conseillers municipaux, administrateurs des cegeps et responsables des services sociaux pourraient oeuvrer dans ce collège.

J-P. Proulx justifie son choix par le manque de participation aux élections scolaires variant entre 5 à 15% rendant les élections scolaires plus symboliques que démocratiques. D’ailleurs, il mentionne que les commissions scolaires existent depuis 1841 mais ce n’est qu’à partir de 1973 que le système électoral tel qu’on le connaît existe. Il croit que l’absence de partis politiques dans le monde scolaire contribue à ce désintérêt pour les élections scolaires.

À mon avis, pour les mêmes raisons,  il faudrait aussi se pencher sur les élections dans les écoles.   À bien des égards, on dénote un désintérêt pour la chose politique en éducation, ce à tous les niveaux. Les membres du conseil d’établissement sont également élus par acclamation. Il en va de même pour le représentant des parents. Peut-être faudrait-il aussi instaurer une forme de gouvernance s’appuyant sur des parents ayant des compétences professionnelles reliées au monde de l’éducation ou social  qui pourraient être nommés au sein du conseil d’établissement et à titre de représentant des parents?

D’après ce que j’observe, ce n’est peut-être pas la même chose partout, dans ma commission scolaire la démocratie scolaire est défaillante. L’élection  fait place à l’acclamation à presque tous les niveaux: les membres du conseil d’établissement, le représentant des parents, le comité de parents et les autres comités de la commission scolaire. Dans ces conditions, est-ce que l’on peut encore parler de démocratie? Est-ce que cela mène à une saine gestion?

On veut améliorer la démocratie scolaire et bien il faudrait prendre une vue d’ensemble et bien examiner ce qui se passe au conseil d’établissement et dans les comités des  parents.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s