Poursuivre un enseignant, c’est pas toujours payant


Janet Bagnall de la Gazette, dans un article du 30 janvier 2013, s’intéresse aux poursuites judiciaires entreprises par des enseignant-es aux cours des dernières années.

En général, ces poursuites sont longues. Cinq ans semble être la norme mais  lorsqu’il y a un appel, la poursuite peut prendre près de 10 ans. Selon, un avocat, les enseignant-es se défendront  si  leur crédibilité est mise en cause et que cela affecte leur travail.

Selon un chercheur, J. Westheimer, les parents et les enfants ont tendance à ne pas respecter le personnel enseignant en raison de leur statut social en Amérique du Nord, contrairement à ce que l’on peut observer en Scandinavie. Westheimer affirme que  les commissions scolaires devraient mieux protéger leurs enseignant-es, elles ont plutôt tendance à ne pas vouloir s’impliquer, ce qui est, à son avis, une erreur stratégique. Les enseignant-es peuvent toutefois compter sur leur syndicat.

Au Québec, au cours des dernières années, trois enseignant-es ont entamé des recours afin de défendre leur réputation. Tous les trois ont gagné leur cause. Les pénalités imposées aux parents varient entre $10 000 et $234 000.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s