Un nouveau contrat linguistique: les niveaux de langue à l’école?


Le 25 février 2013, deux membres de la communauté anglophone proposaient, dans un article du Soleil, de revoir les frontières linguistiques du système scolaire québécois. Selon les auteurs de la lettre d’opinion, en jumelant les deux systèmes, cela augmenterait les chances des élèves du secteur anglophone de se trouver un travail au Québec et limiterait l’exode des élèves.

J’admets que le contrat linguistique actuel mériterait d’être revu. Toutefois, je doute que les anglophones soient prêts à perdre leurs commissions scolaires. C’est pourquoi, je pense qu’il serait propice d’introduire dans les deux secteurs éducatifs, des niveaux de langue. Chaque élève pourrait évoluer selon ses capacités, les immigrants nouvellement arrivés pourraient entâmer leur parcours à leur niveau, au début et accéder aux niveaux supérieurs à leur rythme, selon leurs aptitudes.

L’implantation de tel système serait avantageux. Notamment, l’introduction de ces niveaux de langue appuierait le principe de différenciation qui  malgré la Réforme introduite au début des années 2000 est peu respecté. Les nouveaux arrivants et les élèves éprouvant des difficultés seraient mieux servis. Par ailleurs,  les employeurs pourraient spécifier les niveaux de langue nécessaires pour accéder à la profession. Des outils informatiques viendraient appuyer l’approche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s