10 critères pour évaluer une école alternative de manière équitable


Voici, un premier essai.

1. Le niveau de satisfaction des parents dont les enfants fréquentent l’école

Évaluation du niveau de satisfaction des parents, en portant une attention particulière aux parents dont les enfants éprouvent des difficultés.

2. Évaluation de la réussite des élèves en tenant compte du profil de la formation 

Avant de cautionner la présence d’une école dans le système scolaire québécois, les responsables devraient analyser le profil de formation offert et les buts de la formation. Dès le départ, si le profil de formation n’est pas acceptable, l’école ne devrait pas avoir de permis. Toutefois, lorsqu’on accepte une école alternative, lors de son évaluation, il serait logique de tenir compte de ses objectifs et du rythme d’apprentissage visé.

3. Transparence quant à qui est derrière ce type d’éducation

Derrière certains projets scolaires, on dénote des groupes de diverses natures cautionnant pour diverses raisons le projet scolaire. Les parents désirant inscrire leur enfant dans une école alternative devrait en être informé. Par exemple, plusieurs groupes religieux financent des départements universitaires, supportent l’implantation d’écoles internationales.

Qui est derrière le projet et pourquoi? Quel rapport de groupe entretient-il avec l’école?

4. Mieux sain est sécuritaire pour les enfants, le personnel et les parents

Sans équivoques, ce critère n’est pas discutable. Des actions immédiates devraient être entreprises afin de rectifier la situation.

5. Excellente communication entre les parents et le personnel de l’école

Toutes les rencontres prévues par la loi ainsi que les informations auxquelles les parents ont droit devraient être retransmises, pas seulement sur papier. Il est trop facile de seulement donner une note sans preuves. Les travaux des élèves devraient toujours être accessibles aux parents.

6, Qualité des services offerts aux élèves vulnérables

Les enfants éprouvant des difficultés devraient recevoir des services excellents. Si l’école prend au sérieux les objectifs de réduire le décrochage scolaire, elle implantera des services de qualité, efficaces et menant à des résultats concrets.

7.Mise à distance et encadrement des associations, individus ou organismes pouvant interférer avec les pouvoirs conférés aux parents dont les enfants fréquentent l’école

Les parents dont les enfants fréquentent l’école sont les seuls détenteurs du droit de choisir le type d.éducation qu’ils désirent pour leur enfant. La loi leur accorde une place à l’école et lorsqu’une direction ou un organisme interfère avec ce droit, les parents ne peuvent jouer leur rôle démocratique.. Toute les commissions scolaires devraient mettre en place des mesures afin que les parents dont les enfants fréquentent l’école puissent  jouir de leurs droits. Bref, il devrait y avoir un encadrement serré, les frontières des pouvoirs et fonctions de tous et chacun devraient être explicites et respectées

.
8. Identification des différences avec le programme de formation de l’école québécoise

Lorsqu’une école alternative  déroge à la loi, le ministère, la commission scolaire et les parents devraient être informés.  Ici, l’évaluation de la viabilité du projet, sa correspondance avec le programme de l’école québécoise devrait faire l’objet d’une étude ministérielle avant que ce projet ne soit en opération.

Pour des raisons humanitaires, il arrive parfois que la loi permette des dérogations. Notamment, c’est le cas  en ce qui a trait aux enfants éprouvant des difficultés. À la demande des parents,  lorsque leur langue première est l’anglais on leur permet de fréquenter les établissements anglophones.

Par ailleurs, en ce qui a trait à certaines écoles  religieuses, le gouvernement prend une approche de nature collaborative plutôt que répressive. Cette collaboration est préférable à  une approche réprésive qui à mon avis favoriserait l’établissement d’écoles clandestines, isolées.

9. Information claire, nette et précise

Ce critère est sans équivoques. Les informations données aux parents doivent correspondre à la réalité.

10. Concordance du projet scolaire avec les idéaux d’une société démocratique

Est-ce que l’école permet à l’élève d’accéder à la vie dans une société démocratique? Est-ce que l’institution vise à former un futur citoyen capable de contribuer positivement à la société québécoise et de vivre en paix avec les autres? Dans le passé, les membres de cette communauté ont-ils contribué de manière positive à  la société québécoise?

 

Publicités

Une réflexion sur “10 critères pour évaluer une école alternative de manière équitable

  1. Pingback: ÉCOLE WALDORF – QUI PEUT LÉGITIMEMENT DÉCIDER? | LE CARNET DE JEAN-PIERRE PROULX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s