Quand l’esprit philanthropique s’empare d’une commission scolaire


Au Québec, la gestion des rapports entre le religieux et l’État est inscrite dans un processus juridique, la laïcité. Ce modèle de gestion varie d’un État à un autre, c’est pourquoi les experts réfèrent au terme laïcités. Il faut bien comprendre que le modèle évolue en fonction de  l’histoire du pays et s’inscrit dans les constitutions étatiques. De sucroît, il existe des différences fondamentales entre les États avec une majorité catholique et les États ayant une majorité protestante.

Plusieurs pays protestants, par exemple l’Angleterre, on plutôt subi un processus de sécularisation. Un phénomène social dont la principale caractéristique est le changement de comportement de la société par rapport à la religion. Bref, pour diverses raisons les modifications juridiques, dans ces pays, n’ont pas été nécessaires. D’ailleurs plusieurs dénominations protestantes (de souche calviniste) préconisent depuis longue date une séparation du politique et du religieux. Cette séparation s’est actualisée au fil du temps par l’instauration d’institutions non dénominationnelles. Ces institutions tout en étant chrétiennes  ne sont pas affiliées à un dénomination particulière, toutefois les personnes fréquentant l’institution peuvent l’être.

Ceci étant dit, au Québec, jusqu’en 1997, on octroyait le droit aux catholiques et protestants d’avoir leur propre système scolaire. Or, en 1999  de nouvelles dispositions législatives ont pris place. Le système a été déconfessionnalisé, les écoles catholiques et protestantes ont dû modifier certaines habitudes afin de se conformer aux nouvelles dispositions juridiques. Les commissions scolaires anglophones et francophones sont apparues et la laïcité ouverte est devenue  le modèle de gestion du religieux dans les écoles québécoises.  Le concept de laïcité ouverte veut que  l’État et ses institutions soient neutres mais  les  personnes fréquentant les institutions peuvent avoir des croyances.

En raison de l’écart entre les perceptions de ce que signifie la laïcité, on peut se demander comment les anciennes commissions scolaires  se sont adaptées aux changements juridiques.

Voici un constat de la situation dans une commission scolaire anglophone, basé sur mes observations.

Le cas de la Commission scolaire Lester B.Pearson

À  l’instar des commissions scolaires francophones, l’approche confessionnelle  a fait place à un système  différent dans le secteur scolaire anglophone.  Derrière ce système, se cache une conception particulière de l’exercice de la démocratie en milieu scolaire et de la laïcité. Du moins, c’est la thèse que je défends brièvement ici.   En effet, la perception de la démocratie scolaire entretenue par la communauté anglophone dans cette commission scolaire  est fort particulière en raison du  lien étroit que l’on fait  entre la démocratie et la philanthropie. Le lien est tel qu’il semble impossible pour la majorité des acteurs d’envisager un sans l’autre.

Dans cette ligne de pensée, la collaboration avec les entités en place est privilégiée, les collectes de fonds occupent une place importante auprès des acteurs scolaires à un point tel que ces collectes deviennent souvent l’activité principale du groupe. À certains égards, il semble que la  philanthropie remplace la démocratie. Dans cette optique, il y a peu de place aux débats ou aux remises en question de cet état de fait. La nécessité de collecter des fonds est prise pour acquise, non seulement les acteurs du milieu scolaire font un lien étroit entre le succès à l’école et le financement  des écoles mais encore faut-il collecter des fonds à d’autres fins.

Cette transmutation de la démocratie scolaire se perçoit à plusieurs niveaux: la mise en oeuvre du programme de formation; le fonctionnement du conseil des élèves; l’intégration des collectes de fonds dans le projet éducatif; la présence d’organismes de charité dans les écoles et à la commission scolaire.

D’abord, en ce qui a trait au  programme de formation, au primaire,  l’enseignement du cours d’ «éthique et culture religieuse» a remplacé l’ancien programme confessionnel. Au secondaire, du moins dans une école que je connais bien, le cours s’intitule «éthique» et a été intégré au cours d’anglais. L’élève reçoit une note, pour un travail ou deux rédigés pendant le semestre. Bref, le cours tel que pensé par le ministère ne semble pas enseigné. Ici ni l’enseignement des religions ni les fondements du dialogue ne semble  une priorité, du moins au niveau secondaire.

De surcroît, on remarque que les conseils d’élèves aux niveaux primaire et secondaire, occcupent la quasi totalité de leur temps à des activités philantropiques et à l’organisation d’activités sociales. Bref, nul besoin des fondements du dialogue puisque le rôle des élèves est de collaborer avec la direction et de contribuer au bien-être de l’école et de la société.

Encore, au niveau de l’école, le personnel enseignant et la direction avec l’approbation du conseil d’établissement, ont intégré à l’intérieur du projet éducatif, les collectes de fonds. Toutefois, plutôt qu’un enseignement neutre exposant les principes et les fondements d’une collecte de fonds, on fait appel aux élèves pour la collecte de fonds qui leur sont imposées. On organise des activités pendant les heures de classe telles que la course de Terry Fox. La lutte contre le cancer est valorisée, les élèves sont sollicités. Bref,  en ce qui a trait aux collectes de fonds, l’enseignement de la pensée critique n’est pas au rendez-vous.

Puis, en ce qui a trait aux parents, les Associations Foyers-Écoles qui sont fédérées sont prédominantes à la commission scolaire, elles agissent  en tant que comité de parents. Les associations opèrent sous la gouverne de  la fédération qui est un organisme de charité enregistré avec Revenu Canada. Plusieurs commissaires sont ou ont été membres de la fédération. La puissante fédération regroupe non seulement des parents mais des personnes intéressées par l’éducation. Un héritage du passé, l’association agit dans les sphères de   pouvoirs  du conseil d’établissement et des comités de parents dans les écoles et à la commission scolaire.

Finalement, en ce qui a trait à la commission scolaire, on dénote la présence de la Fondation Pearson, un organisme de charité étroitement associée à la commission scolaire. Plusieurs commissaires et membres du personnel de la commission scolaire sont membres de la fondation.

En principe, la présence d’activités philanthropiques au sein de la commission scolaire et des écoles ne devraient pas être un problème. Elles rapportent énormément d’argent et permet l’achat d’équipement. Toutefois, à la commission scolaire Lester B. Pearson  le lien étroit même viscéral entre le politique et le philanthropique pose problème.  D’une part, la philanthropie semble avoir été intégrée aux structures de la commission scolaire et au projet éducatif qui en principes devraient être neutres. D’autre part, pour plusieurs commissaires, le passage dans l’organisation charitable Foyers-Écoles et la Fondation Pearson semble être une voie privilègiéant leur élection.

Dans de telles conditions, peut-on vraiment parler de laïcité ouverte? L’omniprésence des activités philanthropiques intégrées dans les lieux de pratique de la démocratie n’est-il pas un signe que la commission scolaire est toujours chrétienne? Du moins quelle entretient une conception particulière de ce qu’est la laïcité ouverte. En maintenant ces anciennes structures de participation à l’école,  la commission scolaire respecte-elle la LIP? A-t-elle fait  le saut vers la neutralité?

Au fond peut-être qu’à l’instar du choix de maintenir la croix à l’Assemblée nationale, ces activités philanthropiques appartiennent au patrimoine anglophone?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s