2014: élections scolaires ou nominations?


Enfin après 7 ans sans élection générale, les citoyens pourront finalement choisir en novembre 2014  leurs représentants à la commission scolaire. Du moins, ce sera le cas pour les postes électifs.

En effet, la démocratie scolaire québécoise, se distingue par la possibilité de nommer des personnes non élues au poste de commissaire.

Dans ma commission scolaire, au cours des dernières années, les nominations sont devenues la manière privilégiée par le conseil. Cette pratique s’est manifestée a plus d’un niveau. D’abord,  pour remplacer un commissaire, il  suffit  que les personnes intéressées fassent  faire parvenir leur C.V. . Ensuite,  récemment la commission scolaire a  accru le nombre de commissaires en rajoutant deux sièges réservés aux étudiants de la commission scolaire.  En septembre 2013, deux  étudiants ont été nommés commissaires, il semble que ces derniers se soient distingués dans le domaine  des levées de fonds. Puis, la dernière manoeuvre qui laisse dubitatif de la part du conseil du conseil des  commissaires a été d’avoir comblé deux postes laissés vacants par  les parents commissaires. Ainsi, ces derniers auront maintenant le droit de voter… Selon la présidente de la commission scolaire, ces deux parents se sont mérités, grâce à leur apport positif, un vrai poste de commissaire.

Résumons, au cours des sept dernières années, il semble que  les nominations pleuvent à la commission scolaire. Non seulement, les postes laissés vacants par des commissaires élus ont été remplacés par des nominations mais on a crée deux  nouveaux sièges réservés aux étudiants de la commission scolaire et on a offert deux sièges de commissaires aux parents commissaires.

Allo, est-ce vraiment ça la démocratie scolaire? Nominations honorifiques sans élection?

À la veille des élections scolaires de 2014, il me semble qu’il serait  plus que  temps, si on tient encore à la démocratie scolaire, de remédier à la situation.

Publicités