Une commission scolaire qui étonne


Sept années sans élections, c’est long, trop long.

Déjà certaines commissions scolaires semblent délaisser la démocratie pour s’adonner à quelque chose qui ressemble à une gestion indépendante.  Du moins c’est le cas pour une commission scolaire située dans l’Ouest de l’île de Montréal. Il faut rappeler que cette commission scolaire est très entreprenante, elle a déjà ouvert des garderies illégales ( Brenda Branswell de la Gazette) dans le passé.  Le MELS semble avoir été impuissant dans ce dossier, c’est finalement le ministère de la famille qui est intervenu afin d’obliger la commission scolaire à suivre les règles.

Cette année, les dirigeants continus de prendre  des décisions qui feront sursauter ceux qui restent attachés à l’idéal d’une démocratie en milieu scolaire. Voici quelques exemples.

En juin 2013, le contrat de l’ombudsman n’est pas renouvellé. Faut dire ici qu’il y a eu un délais quant à la publication du rapport annuel  de l’ombudsman. Peu importe, même si ce délais n’augure rien de bon, même lorsqu’il n’y a pas de délais, ce rapport est tellement dilué qu’il est peu utile au grand public. En effet, quoique destiné au public,  les rapports annuels que j’ai lus dans plusieurs commissions scolaires ressemblent plus à une communication à l’interne dont seuls les acteurs impliqués sont en mesure comprendre.

En septembre 2013, la commission scolaire nomme les deux commissaires parents en tant que commissaires votant. Soulignons que l’année précédente,  la commission scolaire, malgré le déclin du nombre d’élèves  , a rajouté deux postes de commissaires supplémentaires qu’elle a offerts à des élèves de secondaire 5.   Depuis au moins trois ans, les postes laissés vacants par les commissaires ont été comblés par des personnes sélectionnées par le conseil. Bref, il semble que le nombre de postes de commissaires, les critères pour être commissaire et le nombre de nominations relèvent d’une décision de la commission scolaire.

En novembre 2013, la commission scolaire musèle un critique, Chris Eustace (Robert Frank). Un habitué des rencontres du conseil, en fait il est souvent le seul membre du public. Il assiste aux rencontres des commissaires avec les représentants du syndicat des enseignants. Il rend public depuis plusieurs années ce qu’il considère être des dérapages. Entre autres, il s’est intéressé aux liens d’affaires étroits entretenus avec des ex membres du conseil et la commission scolaire, l’augmentation du nombre de commissaires considérant le déclin de la population étudiante, il a suivi le dossier des garderies illégales.

Par ailleurs, en visonnant les rencontres des commissaires via le site de la commission scolaire, il est possible de noter que les représentants du syndicat semblent être des habitués qui posent des questions pendant la période destinée au public. Est-ce que la période des questions réservée au public est vraiment le forum idéal pour les négociations entre le syndicat et la commission scolaire? Peu importe, c’est la manière de faire dans cette commission scolaire.

En janvier 2014,  le conseil a voté une résolution visant le congédiement d’ une enseignante ( Rhonda Massad, une filière de Robert Frank p.11 ). Cette enseignante  avait soulevé des questions quant à la qualité de l’air dans une des écoles de la commission scolaire. Impossible pour l’instant de connaître les raisons officielles de ce condégiement.

L’année scolaire n’est pas encore terminée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s