Pour des commissions scolaires transparentes


Pierre Craig, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, demandait hier aux candidats à l’élection d’avril 2014 de s’engager à former un gouvernement transparent. Expliquant l’importance du travail des journalistes quant à la défense des intérêts des citoyens et de la démocratie,  il dénonce les lacunes de la présente Loi d’accès à l’information. Notamment, il existerait une cinquantaine d’exceptions qui empêcheraient les journalistes d’accéder aux documents d’organismes publics. De surcroît, il élargit la problèmatique en incluant  l’attitude de la première ministre actuelle qui refuse de répondre aux questions et encore il rappelle la centralisation des communications sous le gouvernement Charest. Dénonçant également l’attitude de certains maires, devenus de véritables roitelets, Craig plaide pour des changements législatifs afin de permettre aux citoyens et aux journalistes de savoir se qui arrive dans leurs municipalités.

En lisant cet article, tout en reconnaissant l’existence de problèmes d’accès à l’information aux niveaux des municipalités et des instances provinciales, il faut néanmoins se réjouir car  les journalistes s’intéressent à ces dossiers. Ils sont présents et jouent leur rôle de protecteur de la démocratie. La tenue de la commission Charbonneau étant un aboutissement concret du travail des journalistes.

En revanche lorsque l’on pense aux commissions scolaires, il semble que les journalistes s’y intéressent peu.  Ils sont habituellement absents des séances du conseil à moins qu’il soit question d’une fermeture d’école ou de la présence de moisissures .  Il n’existe à peu près pas d’articles concernant:

  • la gestion des contrats dans les commissions scolaires;
  • le comité de sélection des fournisseurs à la commission scolaire;
  • la centralisation des pouvoirs à la commission scolaire;
  • le refus de répondre aux questions des citoyens lors des rencontres mensuelles des commissaires;
  • les conflits d’intérêts;
  • la nature des liens entre les fournisseurs à la commission scolaire et les organismes de bienfaisance associés à la commission scolaire;
  • le retrait du droit de parole d’un citoyen lors des séances du conseil.

Bref, alors que Craig s’inquiète pour de bonnes raisons que la noirceur envahisse notre démocratie, en ce qui a trait à la démocratie scolaire, non seulement il existe un manque d’intérêt de la population mais encore faute de journalistes,  il me semble qu’il fasse déjà noir.

 

Publicités

Une réflexion sur “Pour des commissions scolaires transparentes

  1. Pingback: Pour des commissions scolaires transparentes |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s