Explosion du nombre d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage dans les commissions scolaires


Le rapport (2014) du Comité d’experts chargés d’étudier les finances et la gestion des commissions scolaires relève un phénomène particulier qui mérite attention (voir section 5, page 111 à 114). Le nombre d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage(EDHAA) a augmenté passant de 117 604 (2001-2002) à 176 349 (2012-2013) soit une hausse de 50%. Pendant la même période le nombre d’élèves ordinaires a diminué,  en passant de 88% à 80%.

Au point de vue du financement, le  MELS attribue aux commissions scolaires une enveloppe monétaire commune  pour les élèves en difficultés. Le montant global n’est pas fixé selon le nombre d’élèves. Toutefois,  en ce qui a trait aux élèves handicapés, le montant global est basé sur le nombre d’élèves.  Il faut savoir qu’une commission scolaire reçoit un montant de 24 995$ pour chaque élève handicapé fréquentant une école sur son territoire, comparativement à 6275$ pour un élève régulier. Il existe donc un écart de 18 725$ entre les élèves des deux groupes. Selon le rapport, certaines catégories d’élèves handicapés augmentent à un rythme accéléré. Notamment, c’est la cas des élèves avec troubles envahissants du développement, chez lesquels on dénote une augmentation de 410%. La croissance de ces élèves occasionnent des frais considérables. Les frais occasionnés pour le financement d’élèves EHDAA étaient en 2012-2013 de 400 millions.

Lors de l’enquête du comité, les causes avancées ( environnement, génétiques, prénatalité)  afin de justifier ces hausses n’étaient pas avérées. Comme la pose d’un diagnostic est relié à un financement accru et qu’ une grande pression s’exerce sur les professionnels,  le groupe recommande que le MELS fasse une analyse de la situation. De manière plus précise, le comité s’intéresse aux facteurs qui sont reliés à l’évaluation des élèves:  le moment et l’efficacité de l’évaluation, les critères d’évaluation, les justifications derrière le  diagnostic( afin d’assurer les services?), une validation non uniforme.

Bref, dans un contexte du coupes budgétaires où l’on s’attend à ce que les commissions scolaires atteignent des cibles à la hausse en termes de réussite scolaire,  le comité d’experts a raison, c’est un phénomène qui mérite attention.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s