Une stratégie nationale d’éducation et de la formation?


Selon un article du Devoir, le Conseil canadien des chefs d’entreprises a commandé un rapport en prévision de la rencontre des ministres provinciaux de l’Éducation et du Travail. Cette rencontre aura lieu cette semaine. En raison de piètres résultants, relevés dans des enquêtes,  indiquant que le Canada éprouve des problèmes quant aux apprentissages des élèves par rapport à d’autres pays, le conseil recommande au gouvernement fédéral de «travailler avec les provinces et le milieu des affaires» afin de contrer la tendance actuelle. Le rapport  propose d’analyser l’exemple allemand, là  où le secteur privé est très présent.

Alors que les milieux de l’éducation ont le regard fixé sur la Finlande, là où les élèves réussissent, les chefs d’entreprises qui vivent la réalité du terrain  désirent une relève qualifiée. Ces derniers ont le regard fixé vers l’Allemagne, là où les jeunes seraient plus compétents. Semble-t-il.

Le seul problème, ici c’est que l’éducation est une responsabilité du gouvernement provincial. D’ailleurs, au Québec les chefs entreprises peuvent déjà collaborer avec les commissions scolaires. Il est  possible pour une commission scolaire de conclure des ententes avec les autres provinces et mêmes avec des pays étrangers. Plus que tout autre groupe, si on discute d’éducation, il me semble que les représentants des commissions scolaires québécoises devraient participer à cette rencontre, non?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s