Élections scolaires: boycotte, fusions, suggestions, Facebook


Décidément, les prochaines élections scolaires suscitent l’intérêt. Peut-être pas tout à fait ce que l’on voudrait.

La CAQ vient d’annoncer qu’elle boycottera le suffrage du 2 novembre. Évidemment la Fédération des commissions scolaires est outrée. Le MELS songerait à fusionner les commissions scolaires francophones, soit de les réduire de moitié. Cette idée est en fait une contre proposition à la suggestion  du groupe Rémillard qui proposerait de les éliminer. Enfin, on retrouve dans les lettres d’opinions des journaux locaux, des suggestions de tout acabit. Du côté anglophone, certains voudraient voir les commissions scolaires linguistiques disparaître, ce qui mettra fin à l’apartheid actuel. Il semble que les commissions scolaires anglophones ne soient plus perçues comme le dernier lieu de représentation des anglophones. Selon les statistiques entre 20 et 25% de la clientèle anglophone ne fréquentent pas les écoles des commissions scolaires anglophones. Du côté francophone, aujourd’hui, un ancien directeur d’école propose que les présidents des conseils d’établissement se regroupent et jouent le rôle des commissaires. Il semble que de plus en plus de voix réclament plus de pouvoirs et de fonds pour les écoles. Bien sûr, ceux qui profitent ou devrais-je dire ceux qui ont des intérêts ou un poste dans les commissions scolaires veulent faire sortir le vote.

Au niveau local, une partie de la joute se joue sur les pages Facebook des candidats. Il est assez intéressant de voir ces pages. Un candidat propose des citations philosophiques du jour, un autre présente un montage vidéo exposant certains incidents ayant pris cours à la commission scolaire et un troisième affiche des photos de sa famille. Entre ces choix éditoriaux on peut lire les commentaires  des candidats et de leurs supporters. Le plus important, il faut noter la présence d’un lien pour accéder à  la plateforme électorale des candidats ailleurs sur le Web.

Bref, il reste un peu plus de deux semaines avant les élections scolaires. Chaque jour apportant sa part de surprises qui sait ce que l’avenir nous réserve? Dans ce contexte rocambolesque, faute de sondages, il est quasi impossible de prédire si le taux de participation des citoyens au suffrage augmentera…

Drôle à dire,  mais si la tendance se maintient, les  élections scolaires du 2 novembre 2014, seront  les plus palpitantes que le Québec n’aura jamais vu.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s