Les commissions scolaires : de 72 à 46


Voilà, les intentions du ministre Bolduc sont connus. Le nombre des commissions scolaires passera de 72 à 46 . Les commissions scolaires francophones seront les plus touchées passant de 60 à 36. Du côté anglophone, le nombre sera réduit de 9 à 7. Les trois commissions scolaires cris, inuite et de la Basse-Côte Nord seront épargnées par les coupures. En gros, ce sont les commissions scolaires des régions qui seront les plus affectées. Outre ce réaménagement territorial,  le ministre prévoit revoir le rôle des commissions scolaires en s’attaquant à la gouvernance et un transfert des pouvoirs des commissions scolaires vers l’école (voir l’article de Tommy Chouinard, de La Presse).

Personnellement, j’aurais préféré que le gouvernement transforme les commissions scolaires existantes en centres de services, administrés par un personnel compétent et si nécessaire un collège de personnes compétentes nominées (comme le suggère J-P Proulx)  en remplacement des élus.  En prenant certaines précautions,  la démocratie pourrait être exercée au niveau des établissements scolaires. En région l’accroissement de la taille des territoires risque d’être un problème. On peut penser notamment à la complexité accrue de la tâche en ce qui a trait à l’organisation du transport scolaire.

Reste à voir, quels pouvoirs seront transférés à l’école. Dans ma commission scolaire, il y a eu une centralisation massive des achats, la responsabilité des collectes de fonds a été déléguée à une organisation indépendante.  Le rôle des comités de parents consiste essentiellement à la vérification répétitive de documents reliés à des politiques (toujours les mêmes documents d’une année à l’autre); celui des conseils d’établissements consistent essentiellement à administrer l’académique. Le rôle des parents dont les enfants fréquentent l’école consiste à être  volontaire dans l’association locale indépendante qui collecte des fonds pour l’achat de matériel technologique ( une orientation de la commission scolaire). Bref,  les parents sont très encadrés ce qui laisse penser que les responsables ont une faible appréciation de la capacité des parents à exercer leurs fonctions et pouvoirs.

Par ailleurs, la commission scolaire s’est investie dans le secteur privé, plusieurs partenariats publics-privés existent, ce qui  rapporte gros ( selon les dires des responsables) tout en alimentant l’ego des élus.  Encore, les commissaires se perçoivent en tant que défenseurs de la langue, toute atteinte à la commission scolaire risque d’être  interprétée comme une atteinte à un droit constitutionnel ( Julius Grey affirme que ce droit peut s’exercer autrement que par l’entremise des commissions scolaires).

Bref, la perception négative de la capacité des acteurs de l’école à jouer leur rôle, le statut des élus ainsi que la mission qu’ils se sont donnée laissent croire qu’il serait fort étonnant que les acteurs actuels à la commission scolaire  acceptent de passer le flambeau aux parents des élèves inscrits à l’école sans protester.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s