Le problème n’est pas notre gestion de la diversité


Il fallait s’y attendre, voilà les ténors québécois des laïcités qui se lèvent. Toujours les mêmes discours: il faut interdire le signes religieux dans la fonction publique; il ne faut pas légiférer. Malheureusement, si on se fie à tout se qui s’est passé depuis 1995,  peu importe le modèle d’intégration, aucun modèle de gestion du religieux en Occident et ailleurs n’a pu prévenir le terrorisme islamiste. Ni la Russie, ni la Yougoslavie, ni la Hollande, ni le Danemark, ni les États-Unis, ni l’Espagne, ni l’Angleterre, ni le Canada, ni le Québec, ni l’Australie, ni la France n’ont échappé aux attentats. C’est la même chose ailleurs ni l’Asie, ni les Indes, ni le Moyen Orient et ni l’Afrique n’ont échappé aux attentats.

Nous sommes devant un phénomène particulier: la globalisation de l’islamisme, une mouvance politique légitime selon nos lois actuelles, qui porte en elle-même les germes d’un fanatisme violent qui dépasse les limites tolérées. Plus que toute autre chose, c’est à cette violence et à ce discours haineux qu’il faut s’attaquer. Pour cela, il faudra que nos politiciens sachent faire la différence entre un fanatique inoffensif porteur d’un symbole et un fanatique dangereux porteur d’une Ak-47 (Kalachnikov)…

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s