La Réforme: l’échec planifié?


La réussite du plus grand nombre et le rehaussement des compétences linguistiques des élèves en français étaient des objectifs de la Réforme introduite en 2000. Pour atteindre ces buts, le MELS a introduit une stratégie de gestion axée sur la reddition de comptes par l’entremise de plans divers et de rapport annuel. De surcroît, le MELS privilégie cette pratique qui s’étend à bien d’autres projets. Notamment on dénote:

À la commission scolaire

  •  Plan stratégique;
  • Convention de gestion et réussite scolaire;
  • Reddition de comptes : rapport annuel.

L’école

  • Projet éducatif;
  • Plan de réussite de l’école;
  • Plan d’intervention individualisé;
  • Plan de lutte contre l’intimidation;
  • Reddition de comptes: rapport annuel.

Autre plans

  • Plan d’action pour l’amélioration du français à l’enseignement primaire et secondaire;
  • Plan d’action gouvernementale de promotion des saines habitudes de vie et préventions des problèmes reliés au poids;
  • Stratégie d’action 2006-2009 pour éliminer la mal bouffe dans les écoles;
  • Plan d’action pour la lecture à l’école
  • etc…

Selon toute vraisemblance, ce ne sont pas les plans qui manquent. C’est vrai qu’il sont beaux et qu’ils donnent l’impression que l’école est bien organisée. Toutefois, tous ces plans reposent sur une prémisse: en planifiant on peut changer des choses. Mais on a beau planifier que les taux de réussite iront en augmentant, mais ce n’est pas toujours ce qui se produit: chaque cohorte d’élèves est différente, les examens varient, le personnel enseignant change. On peut bien planifier l’amélioration du français mais tant que les enseignants eux-mêmes ne s’améliorent pas cela risque d’être impossible. Les plans d’intervention individualisés sont tellement populaires qu’ils ne sont plus vraiment individualisés. L’arrivée des technologies semblent contrer les efforts mis en place pour régler les problèmes de poids, les écoles continuent de vendre du chocolat malgré les politiques pour contrer la mal bouffe….Bref,   après réflexion ne serait-on pas en droit de se demander si cette prémisse s’applique au monde de l’éducation?

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s