Projet de loi visant à abolir les élections scolaires: pas en 2015???


Le ministre Blais n’est pas encore prêt à déposer son projet de loi concernant l’abolition des élections scolaires et autres modifications afin de donner un souffle nouveau à la gouvernance scolaire. Ce nouveau délai permettra aux élus de respirer un peu mieux et de s’adonner à leur gestion des commissions scolaires en toute quiétude, du moins pour l’instant.  Certains indices permettent de croire que le ministre de l’Éducation a toujours l’intention d’abolition les élections scolaires. En effet, hier le ministre annonçait l’abolition d’élections partielles, prévues à la Commission scolaire English Montreal. Bref, rien ne nous pousse à croire que le ministre n’ira pas de l’avant, le projet semble toujours en préparation. Comme les prochaines élections scolaires ne sont prévues qu’en 2018, le ministre a encore beaucoup de temps devant lui.

En ce qui a trait au délai concernant le dépôt du projet de loi, peut-être que le contexte actuel permet d’apporter un éclairage. Le Québec s’apprête à recevoir un grand nombre de réfugiés syriens qui fréquenteront surtout les écoles de la région de Montréal. Les commissions scolaires de Montréal, Pointe de l’Île et Marguerite Bourgeoys  se préparent  à recevoir près de 2000 élèves. Elles mobilisent leurs ressources à l’heure actuelle pour faire place à cette nouvelle clientèle.

Pendant ce temps du côté anglophone, les commissions scolaires situées sur l’île de Montréal, malgré le virage entrepris vers le bilinguisme dans les écoles, s’apprêtent à fermer plusieurs institutions, encore une fois, faute d’élèves…

Bref, au point de vue logistique on va diriger les enfants des réfugiés, encore une fois, vers la Commission scolaire de Montréal, celle qui a déjà une clientèle parmi les plus pauvres au Québec. Elle va en accueillir encore un peu plus alors que ces installations sont presque à 100 % de leur capacité. Déjà, elle s’apprête à fournir le dîner à ces élèves, pourtant le rapport désastreux concernant sa gestion déficitaire répétitive remettait en question cette tendance à la philanthropie sociale telle que pratiquée par la commission scolaire…Tour près d’elle, il y a des écoles bilingues vides gérées par des commissions scolaires qui affichent des taux de succès parmi les plus élevés de la province…Ces commissions scolaires affichent des surplus budgétaires…Elles accueillent déjà des petits élèves étrangers…qui réussissent…

À bien y penser, tant qu’à faire des modifications, pourquoi ne pas aussi viser  l’abolition des commissions scolaires pauvres. Oui, là où se concentre l’échec scolaire. Pour cela, il faudrait  revoir les territoires scolaires. De surcroît, le temps serait  peut-être propice pour examiner la question des écoles anglaises dont le statut a changé depuis 1976 et faire des ajustements?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s