Le salaire des ministres et des médecins: les élus en conflit d’intérêt?


En pleine période officiellement austère, j’ai d’abord été étonnée que l’on accorde aux médecins, une rémunération bien meilleure lorsque comparée aux autres employés de l’État. La nouvelle rémunération des médecins, une augmentation considérable, permet à ces derniers de rattraper la moyenne nationale canadienne. Il était temps, selon les responsables de cette hausse, puisque nous perdions de nombreux médecins chaque année. Maintenant, il est question du salaire des députés. Évidemment, non seulement ces derniers méritent une augmentation mais encore nous allons même épargner quelque 400 000$ grâce à cette mesure.

Un enseignant-avocat, Yvan-M Roy, examine cette augmentation de la rémunération des députés. Référant au rapport Heureux-Dubé, il s’étonne que les auteurs n’aient pas inclus l’Ontario dans leur recherche. M.Roy nous rappelle que l’Ontario compte 13, 8 millions d’habitants, 106 députés (1/130 000), un salaire de base de 130 000$, une masse salariale de 13,8 millions. Le Québec compte 8, 3 millions d’habitants, 125 députés (1/66 000, -50,8% comparé à l’Ontario), si les recommandations du rapport Heureux-Dubé deviennent réalité le salaire de base d’un député sera de 140 000$,  la masse salariale des députés passera à 17,7 millions. Il faut souligner que le Québec aura plus de députés que l’Ontario et ces derniers seront mieux rémunérés.

Selon M.Roy

 

Le comité L’Heureux-Dubé aurait dû considérer l’Ontario qui, par sa géographie, sa population et son économie, était la province qui ressemblait le plus à celle du Québec. En période de compressions budgétaires, il aurait été pleinement justifié que le comité propose une augmentation associée à une réduction dans le nombre de députés, ce qui aurait permis de réaliser des économies par dizaines de millions en salaires, frais de bureaux, de résidence, de déplacements, indemnités de départ, contribution de rentes, et quoi d’autre encore. Mais le comité se serait probablement trouvé hors mandat. Le rapport L’Heureux-Dubé a beau être présenté comme un rapport indépendant, rien n’empêche les employés et les utilisateurs des services de l’État de penser que les recommandations sont excessivement généreuses en comparaison avec la rigueur des mesures qui leur ont été imposées.

 Le salaire des députés québécois mérite d’être augmenté, certes. Mais auparavant, dans le cadre des rationalisations actuelles, en prenant comme étalon les ratios concernant l’Ontario, le Québec pourrait réduire à 63 le nombre de ses députés à l’Assemblée nationale. Mais pourquoi pas ? Il s’agit d’une question de justice et d’équité envers tous ceux qui subissent présentement les effets du rigoureux programme de rationalisations et de compressions dans les missions essentielles de l’État.

En effet, comme on demande à ceux qui oeuvre dans le bas de la hiérarchie gouvernementale de contrôler leurs dépenses, d’accepter des salaires inférieurs à la moyenne nationale, il me semble que les députés devraient aussi le faire. Lorsqu’il manque d’argent, il me semble qu’il en manque pour tous, non?

J’aimerais bien connaître l’investissement en ce qui a trait à la masse salariale et aux conditions des députés québécois et notre PIB pour ensuite faire une comparaison avec l’Ontario et pourquoi pas la Scandinavie. Hélas, alors que des enfants vulnérables sont en attente pendant plus de 2 ans pour voir un spécialiste en éducation, on a le culot d’augmenter le salaire des députés prétextant un gain de 400 000$!!!! Au premier chef, ceux qui profiteront le plus de ces augmentations, comme par hasard c’est le cas de notre premier ministre, sont les médecins-députés. Au fait, les députés ne sont-ils pas en conflit d’intérêts, lorsqu’il s’agit de déterminer quelle sera leur salaire? Comment se fait-il que ce soit les élus qui décident de leurs conditions salariales? Que ce soit des médecins qui négocient le salaire des médecins? Pourquoi n’a-t-on pas une règle équitable pour déterminer le salaire et les conditions de travail de tous ceux qui sont rémunérés par l’État? Notamment, les employés pourraient tous être au niveau de la moyenne nationale.

En Ontario, malgré un nombre réduit de députés, comparativement au Québec, ça va très bien en éducation. Le personnel enseignant est très bien rémunéré et les taux de graduation de l’école secondaire, dans les délais prévus par la loi, sont beaucoup plus élevés qu’au Québec. Il y a matière ici à la réflexion. Tout bien considéré, c’est à se demander si une population mieux éduquée court moins le risque  d’être bernée?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s