Le coût pour joindre la communauté anglophone en milieu scolaire: $18?


Voilà maintenant que des directeurs désirent octroyer plus de pouvoirs aux membres de la communauté!!! Dans certains endroits, les membres de la communauté occupent déjà trop de place. Il existe bien des problèmes, surtout lorsqu’une organisation charitable s’implique en éducation et envahit la sphère des pouvoirs normalement réservés au conseil d’établissement.

Or, avant de conclure une entente avec une organisation charitable, il importe de tenir compte de certains éléments.   À la base de ces partenariats entre une école et des groupes issus de la communauté, lorsque ces groupes sont inscrits en tant qu’une organisation charitable, il y a des  problèmes de nature structurelle . En effet,  les règles de l’Agence du revenu du Canada (ARC) font que dès son inscription une organisation doit déterminer un mandat fixe. En tant qu’une organisation oeuvrant en éducation, cette dernière a l’option de devenir un porte-parole pour les parents, ce même si elle compte des non parents parmi ses membres. Surtout, pour pouvoir bénéficier des avantages offerts par son statut, l’organisation charitable doit contrôler la totalité des fonds qu’elle cumule. Elle est indépendante.  Au point de vue juridique, contrairement aux entités publiques, l’organisation indépendante, n’est pas sous le couvert de la Loi sur l’accès à l’information. Bref, le partenariat ici, si l’on peut référer à un partenariat, est du genre «travail en silo». Pas beaucoup de flexibilité, du moins, en ce qui a trait au mandat et aux conditions du partenariat. Récemment, on a vu certains problèmes surgir, en ce qui a trait à la Fondation Chagnon et les organismes communautaires. La Fondation semblait imposer ses choix aux autres organisations communautaires toutefois, à mon avis, elle ne remplissait que son mandat. C’est là le danger, en s’associant à de tels organismes, l’école risque de perdre son autonomie. Dans certains cas, l’organisation privée est tellement envahissante qu’il reste peu d’espace pour d’autres initiatives de la part des responsables d’une institution publique.

Ceci étant dit, en milieu scolaire anglophone on retrouve des organisations charitables. Notamment dans la région de Montréal,  la Fondation Pearson un partenaire de la Commission scolaire Lester B.Pearson. De plus, une seconde organisation charitable, enregistrée à l’ARC à titre de comité d’école, les Associations Foyers-Écoles qui sont fédérées au niveau provincial (FQAFE) et relève d’ un chapitre national,  oeuvre dans les écoles. Cette association  invite les parents de l’école, le personnel, la direction, les membres de la communauté à joindre ses rangs. De là, bien des problèmes surviennent. Principalement parce que cette organisation qui compte des parents, des enseignants et direction est considérée en tant qu’une organisation communautaire. Le noeud du problème en milieu éducatif, du moins c’est mon avis, réside dans le fait que les décisions de nature financière et le fonds de l’école qui sont selon la Loi sur l’instruction publique sont des pouvoirs du conseil d’établissement sont pris en charge par  cette organisation. Le rôle du parent dans cette organisation consiste à collaborer avec la direction et le personnel, à participer aux collectes de fonds et aux activités de l’école.  Selon les informations trouvées sur le site de la FQAFE, ce modèle éducatif date de 1947.  Le nombre de membres varie considérablement d’une école à l’autre. Les membres de cette organisation sont plus présents au primaire. Les frais d’adhésion pour joindre l’organisation sont de 18$.  Veuillez noter qu’en 2014, selon les informations trouvées sur le site de Revenu Canada, la Fédération québécoise des Foyers-écoles a déclaré des revenus de 242 715$ et des frais administratifs de 67%…

Sur un total de 100 000 élèves fréquentant le réseau québécois anglophone, selon ce qui est rapporté sur le site de l’organisme en juin 2012,  l’organisation comptait  4 750 familles membres. Si on tient compte d’une moyenne  de 2 enfants par famille, on peut estimer qu’il y a 10 000 enfants dont les parents sont membres de l’organisation, ce qui représente environ 10% des parents. Conséquemment, selon toute vraisemblance 10% des parents appuient la décision de déléguer les pouvoirs et fonctions qui devaient revenir  au conseil d’établissement en 1999?

Il faut reconnaître que d’un point de vue de l’administration et du personnel de l’école, la collaboration avec un groupe communautaire fournisseur de fonds, peut  sembler idyllique. Qui voudrait se défaire de ce système? Même chose au point de vue politique, la présence de cette organisation fort appréciée par certains membres de la communauté anglophone, permet de perpétuer la vision de l’école privilégiée par ces derniers. Toutefois, là ou le bât blesse, au point de vue démocratique ou encore au point de vue de l’esprit de la Loi sur l’instruction publique, il semble que la place réservée aux parents dont les enfants fréquentent l’école est loin d’être respectée.

Il n’y a pas à dire, pour 18$ certains parents, membres de la communauté anglophone, en mènent  large…cependant à la lumière de ces statistiques on peut se demander pour combien de temps encore, ce système fonctionnera? Les quelques 10% des parents, se lasseront peut-être de collecter tous ces fonds? Les politiciens rusés de la commission scolaire, s’apercevront sûrement que 10% des parents, c’est bien peu pour justifier ce système alternatif de gouvernance… c’est aussi bien peu pour se faire élire…c’est aussi peut-être une autre raison expliquant cet attachement des élus à la communauté. Sans la communauté, le support de ces politiciens scolaires semble bien mince.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s