Anglophones et francophones: un passé scolaire structurellement distinct


Cette fin de semaine, le Parti libéral semblait surpris de la réussite des anglophones à l’école. La refonte des structures, semble avoir été laissé de côté, au profit de la réussite. Mais est-ce que les deux types de réformes sont exclusives? Les structures actuelles sont-elles vraiment idéales? Et si l’écart actuel, entre les élèves francophones et anglophones relevait aussi de différences structurelles?

Il est possible de suivre  l’évolution du système scolaire québécois en consultant le Rapport Parent. Suite à cette lecture, on peut faire bien des constats. Entre autres, chez les protestants, on a fait le choix assez rapidement d’implanter des écoles secondaires publiques visant à préparer les jeunes à des études post-secondaires. Chez les catholiques, le deuxième cycle de l’école secondaire menant à l’université a longtemps été sous la responsabilité du secteur privé.

Jusqu’à la fin des années cinquante, le système public d’enseignement apparaîtra sous-financé. De plus, l’organisation scolaire apparaît comme un véritable fouillis. Ainsi, en 1950, en plus du réseau d’écoles publiques qui relèvent du Département de l’Instruction publique, on retrouve neuf ministères qui entretiennent un réseau d’écoles parallèle en rapport avec leurs activités principales. Ce manque de coordination au niveau des structures se reproduit au niveau des programmes de formation secondaire du secteur public qui, chez les francophones, se terminent la plupart du temps par un cul-de-sac. En effet, au début des années soixante, quoique 95 pour cent des effectifs de niveau primaire et 70 % du niveau secondaire relèvent du secteur public, l’enseignement supérieur apparaît toujours comme une chasse-gardée du secteur privé puisqu’il « est encore presque le seul à offrir l’enseignement secondaire du second cycle »30 qui donne accès à l’université. Ainsi, sur les 945 000 élèves qui fréquentent le préscolaire et le primaire, 45 000 sont inscrits au secteur privé, soit environ un élève sur vingt. Les écoles élémentaires privées francophones – qui dominent largement – « sont pour la plupart des écoles spécialisées dans la préparation accélérée aux études classiques ou des pensionnats »31. Au niveau secondaire, sur les 400 000 élèves inscrits, environ 120 000 étudient au secteur privé, soit un élève sur trois. Les collèges classiques accueillent à eux seuls 36 000 élèves, en majorité masculins puisqu’on n’y retrouve qu’une fille pour huit garçons.

Inversement, chez les protestants, le secteur privé est à peu près inexistant au niveau de l’enseigne-ment secondaire où les High schools du secteur public constituent la voie d’accès privilégié à l’université.

Wikipédia

Encore de nos jours, le pourcentage d’anglophones qui fréquentent l’école privée est assez faible, près de 15% à travers la province. Combien d’élèves francophones fréquentent toujours les écoles secondaires privées? Quelles sont les conséquences de cette différence?

Et si le fait d’avoir deux écoles privées anglophones (Centennial, Vanguard) vouées entièrement aux élèves en difficultés, avec des taux de réussite de 90%, contribuaient au succès du secteur anglophone?  

En ne tenant pas compte des différences structurelles, ne manque-t-on pas une occasion de mieux comprendre ce qui fonctionne bien dans le système anglophone? Ne perd-on pas une occasion de contribuer à réduire l’écart entre les deux secteurs?

Comprenez-moi bien, les différences structurelles sont loin d’être la seule cause de l’écart entre les taux de réussite des deux secteurs, mais peut-on prétendre sérieusement de viser à rattraper les anglophones sans jeter un regard sur les différences structurelles?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s