Chicanes dans la grande famille anglophone: les commissions scolaires anglophones montréalaises déchirées


Les responsables des commissions scolaires anglophones ont tous affirmé en commission parlementaire au printemps 2016 que leur communauté était unie, une grande famille. Ils avaient un message commun à retransmettre au ministre de l’Éducation: tout est parfait, harmonieux , ils font un travail extraordinaire. Or, depuis quelques temps, les faits vont dans le sens contraire ça va mal dans les commissions scolaires anglophones.

D’un côté à la Commission scolaire English Montreal, quelques braves commissaires après avoir dénoncé la mauvaise gestion des « extras »demandent la mise sous tutelle de la Commission scolaire English Montreal. En effet, selon ce qui est rapporté dans le Devoir du 24 novembre, les plaignants accusent les décideurs de népotisme. Cela fait des années que les membres des familles proches et éloignés sont engagés à la commission scolaire. L’administratrice de la commission scolaire actuelle est très proche de la présidente. Il semble qu’il y ait des conflits entre l’équipe d’administrateurs et certains conseillers. Quand on examine de plus près la source du problème on peut comprendre que les conseillers de l’opposition soient réticents à travailler avec des proches de la présidente. On peut toutefois se réjouir que la CSEM ait des équipes politiques et que ces personnes aient le droit de parole. Aussi, c’est par la voix des journaux que les irrégularités sont dénoncées.

De l’autre côté, la sage continue à la Commission scolaire Lester B.Pearson. Comme on le rapporte à CTV news bien que la présidente de la commission scolaire, Suanne Stein Day ait enfreint le code d’éthique, le conseil des commissaires n’a pas le pouvoir de la destituer. D’ailleurs la présidente semble croire en l’existence d’un groupe de fraudeurs organisés au sein de la commission scolaire. Toutefois, dans cette commission scolaire, faute d’équipes politiques, il n’y a pas d’opposition. Les commissaires sont condamnés au silence, la présidente qui se voit en l’unique porte-parole refuse de commenter. On continue à tenir des rencontres à huis clos. Le secret est le mot d’ordre, les journalistes sont tenus à l’écart.

Dans les deux commissions scolaires on réclame l’intervention de Sébastien Proulx.

Ironique, non. Alors qu’au printemps toutes ces personnes projetaient une tout autre image, celle d’une commission scolaire unie, une grande famille ou tout semblait aller pour le mieux, même la réussite, voilà maintenant que  des problèmes de népotisme, banditisme, fraude et autres font surface.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s