Les nouveaux pouvoirs du ministre de l’Éducation serviront à examiner la question des «extras» à la CSEM


Le ministre Proulx examinera officiellement la question des «extras» à la Commission scolaire English Montreal. C’est ce qui est rapporté dans le journal le Devoir. Des enquêteurs et un accompagnateur se rendront au 6000 Fielding afin de poser un diagnostic et suggérer des améliorations.

Il semble que les nouveaux pouvoirs attribués au ministre de l’Éducation se limiteront à la gestion du budget par la commission scolaire. Le népotisme et la mauvaise relation entre les élus et l’administration ne feront pas partie de l’enquête, du moins officiellement. À moins que les liens familiaux ou amicaux fassent partie du problème des «extras», selon toute vraisemblance la famille et les amis pourront continuer à travailler en toute quiétude à la Commission scolaire English Montreal.

Quant au dossier des plaintes à l’éthique à la Commission scolaire Lester B.Pearson, faute d’informations claires et précises, les rumeurs courent. Il semble que le comportement inapproprié de la présidente de la commission scolaire occupe toute l’espace médiatique alors que cette dernière soupçonnait des administrateurs, anciens administrateurs  de la commission scolaire  de banditisme, de fraude, de relations inappropriées.  De sérieuses allégations qui mériteraient un appel à l’UPAC, non?

Au fait qu’en est-il des «extras» à la Commission scolaire Lester B.Pearson? On peut toujours espérer que les journalistes tenteront d’examiner la question des «extras» à la CSLBP.  Comme le silence est de mise, qu’il n’y ait pas d’équipes pour dénoncer la situation, il sera difficile de suivre ce dossier.

Pourtant, à la lumière de ce qui vient de se passer, la porte-parole officielle de la commission scolaire, la présidente, celle qui interdit tout contact des commissaires avec les médias aurait intérêt à réfléchir à cette manière de faire. Si elle a raison, plutôt que d’avoir le support des citoyens informés elle se retrouve seule au centre d’une controverse. C’est à mon avis, un lourd fardeau à porter.  Bien qu’il y ait des avantages à gérer une commission scolaire en tentant à l’écart les médias, il existe  un  revers à cette gestion dictatoriale : l’isolement du dirigeant.  Dans le cas qui nous intéresse, les présumés fraudeurs semblent s’en tirer  à très bon compte.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s