Le Comité de répartition des ressources: le transfert des pouvoirs se fera-t-il un jour en milieu anglophone?


La loi 105 prévoit un transfert de pouvoirs des commissions scolaires vers les écoles. Dans cette optique, il est prévu que le nouveau  Comité de répartition des ressources sera sous la responsabilité des directeurs d’école.

Or, tout indique que ce transfert des pouvoirs est source de problèmes. En effet récemment, les journaux ont annoncé le départ de  Yves Sylvain sous-ministre au ministère de l’Éducation.Il a été remplacé par Anne Marie Lepage qui occupait le poste de sous-ministre adjointe aux  Relations extérieures et Services aux anglophones et  autochtones.

Que faut-il penser de ce départ et de cette nomination?

D’un côté, nommé en juillet 2015,  Yves Sylvain,  ancien directeur général de la Commission scolaire Marguerite Bourgeois, est reconnu pour ses compétences en gestion scolaire. Entre autres,  lorsqu’il était en poste,  le taux de réussite des élèves est passé de 71% en 2007 à 82% en 2015. De plus, selon Mario Asselin , il était aussi en poste lorsque la Commission scolaire Marguerite Bourgeois a quitté la Fédération québécoises des commissions scolaires. Yves Sylvain, par le passé, a démontré ses capacités à penser autrement, à sortir des sentiers battus.

Mario Asselin s’inquiète de ce changement.

«Yves Sylvain constituait pour moi une sorte de police d’assurance qu’un certain transfert de pouvoir des commissions scolaires vers les écoles était pour s’opérer. À mes yeux, si les règles budgétaires du ministère permettent maintenant d’envoyer de l’argent directement aux écoles sans passer par les commissions scolaires, c’est grâce à lui.»

Mario Asselin, 8 février 2017

De l’autre côté, on constate que Mme Lepage a été directrice générale de la Commission scolaire Wilfrid Laurier entre 2007 et 2011 et présidente du Comité patronal des négociations pour les commissions scolaires anglophones à partir de 2011.

Le transfert des pouvoirs des élus vers les directeurs d’établissements scolaires en milieu anglophone sera particulièrement ardu. La «communauté anglophone» tient mordicus au contrôle de ses institutions scolaires.   Comme les commissaires sont élus par la communauté, ce transfert des pouvoirs vers les directeurs, des employés, risque d’être une source de conflits.

La nomination de Mme Lepage viserait-elle  à faciliter la mise en place des changements prévus au réseau scolaire en tenant compte des préoccupations de la communauté anglophone?  Faut-il faire un lien entre la nomination de Mme Lepage et l’enquête de la  vérificatrice du ministère chargée d’examiner les commissions scolaires anglophones?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s